vendredi, avril 25, 2008





...

12 commentaires:

Jean a dit…

Quelques instants de repos , j'en profite pour commencer la réponse à Mathilde au sujet de Voir et regarder , à Mireille au sujet du silence , à Annick pour la spontanéité .

Pour moi , ces trois sujets sont intimement liés et voici les questions que je me pose .

Je voudrais d'abord développer un peu ce que j'écrivais la semaine dernière .

Je disais , et beaucoup pensaient comme moi , que notre vision est conditionnée .
Nous croyons voir .

Je citais l'exemple du bûcheron qui voit devant l'arbre la quantité de travail que ce dernier va demander pour le couper , l'agriculteur va souvent voir l'obstacle qu'est cet arbre qui fait de l'ombre à son champ de blé , l'écologiste va penser au renouvelement de l'oxygène de l'air par les feuilles , etc ....

Pensées pour une somme de travail ou pensées de calculs d'interets ou de sauvegarde de la nature .

Toutes ces pensées sont justes , vraies , respectables si on se met à la place de celui qui les a .

Mais elles ne sont vraies que pour celui là et pas pour les autres .
Ce sont des vues limitées , orientées selon les goûts ou la culture de la personne .

La vue est brouillée également par les émotions .
La semaine dernière , je citais le cas de la colère ou l'émotion du peintre.
Il en est de même pour l'émotion amoureuse .
La sagesse populaire dit bien que l'amoureux voit l'être aimé paré de toutes les qualités .
La rancune permet elle une vue juste , vraie ?

La vérité de l'arbre qui est devant nous , où est elle , en fonction de nos pensées ou émotions ?

Un souvenir agréable associé à cet arbre fera que l'amoureux ne verra plus l'arbre mais ce souvenir vécu avec son amoureuse ...etc ...

Pensées et émotions nous empêchent de VOIR .

La spontanéité ?
Qu'est ce que la spontanéité ?

Dans le dictionnaire , je lis : sans calcul , sincérité ,qui se produit de lui même, sans intervention extérieure .

Oui , la spontanéité est une chose merveilleuse .
Mais quelle spontanéité ?

..Sans intervention extérieure ....

Mais nos pensées , nos émotions , nos intérets ...ne sont ils pas une forme d'intervention extérieure qui met un rideau entre nous et l'arbre ?

D'où ma question , peut on concevoir une vue moins dépendante de nos pensées et émotions , une vue plus neutre , qui permettrait de Voir plusieurs points de vue , voir et comprendre les points de vue des autres ?

Et c'est là que je reviens au silence évoqué par Mireille .

Dans le silence , le silence le plus total , libre de nos pensées du momment , de l'émotion ressentie l'heure précédente ....

le silence,

qui exprimerait notre humilité devant la vérité de la nature , peut il nous aider , ne serait ce que partiellement ,

à VOIR enfin ?

Qu'en pensez vous ?

Mireille a dit…

Bonjour jean,
ce que j'en pense?!
Je ne sais plus très bien, et comme souvent, je doute de tout!
Bien sûr que nos pensées et nos émotions nous conditionnent...et c'est pour cela que de se retrouver dans "une sorte de silence", peut aider, parfois à être moins submergé par ses émotions...et être sibmergée, c'est mon rayon!!!
Il arrive à certains, que l'on se sente Là, vraiment...et dans ces moments...TOUT est différent, neuf...
Et ce qui se vit dans ces moments là...aucun mot ou parole ne peut le dire.
Serait-ce cela VOIR ?

Je reviendrai vous voir plus tard...car je suis un peu (beaucoup) "perdue"...mais, merci de votre présence.

Jean a dit…

Mireille , nous sommes tous submergés ! Tous les jours , toute la journée !

Il ne nous est peut être pas possible d'atteindre ce que certains obtiennent , d'atteindre ce silence absolu , aussi bien devant le spectacle du monde que dans le reccueillement , dans la solitude de sa chambre ..

Mes propos de cette semaine ont un objectif plus modeste même si mon arrière pensée à long terme , est bien d'orienter nos échanges dans cette direction si vous le désirez .

Mon objectif à court terme est simplement que nous pensions à nous interroger devant un arbre , une personne ou un évènement , qu'on se demande si notre " vision " est aussi impartiale , aussi large que nous le croyons d'habitude .

Quand j'étais enseignant , j'essayais d'habituer mes élèves à " voir " autour d'eux .
L'objectif, était modeste , s'agissant d'enfants .
Mon grand plaisir était quand assez souvent , l'un d'eux me disait :
- " Je passe tous les jours devant ceci ou cela et je ne l'avais jamais remarqué . C'est pourtant si beau ! "

Découvrir , débusquer en soi des habitudes inconscientes qui nous empêchent de voir !!

Je vous souhaite une belle après midi , souhaitant que le soleil soit un peu plus courageux .

Jean , tout autant submergé que vous !

annick a dit…

c'est très intéressant comme conversation, merci à tous deux,

à mon sens, on peut avoir plusieurs vues,
ou parler de vuE unique à plusieurs degrés, niveaux de perception, me plait assez,

je pense qu un même individu peut être capable de voir, si il a le souhait de tenter voir, oser voir...

Alors tt dépend si sa vue va lui servir pour lui, dans ce cas évidemment que son soi à ressentir en vue, compte, mais toutefois en se mettant à distance du côté qu'émotif, ressenti..

si sa vue se contente de regarder, je pense qu'il est assez rapide d'avoir plusieurs directions de vues différentes, pour une même vue de l'instant,
et le cerveau a ce moment de cet instant a cette rapidité d'analyse tellement incroyable de voir dans plusieurs sens,
et je redis, si on se souhaite de vue ouverte, dans le désir de penser comprendre l autre en face sans jugement, penser découvrir encore,
et puis voir c'est aussi ne pas penser en analyse, juste voir et se laisser aller à ses émotions, dans certains cas, c'est chouette aussi...

Multivues en une vue, c'est peut être cela VOIR,
mais qui peut savoir exactement,

mais c'est bon de tenter de voir pr pas blesser, ne pas se blesser, aimer, tout simplement aimer, la vie dans tous ses sens...

bien évidemment, la cruauté de la vie, on se passerait bien de voir si elle n existait pas, mais comme ce côté existe, c'est nécessaire aussi de ne pas le nier, car cela existe,

et pour penser VOIR, faut tenter de ne pas enlever un des degrés d orientation de l oeil de vue, en profondeur, hauteur, recul...

Jean a dit…

"....et puis voir c'est aussi juste voir et se laisser aller à ses émotions, dans certains cas, c'est chouette aussi..."

Je le pense également .

Mais , pour que de mon point de vue , j'appelle cela " voir " , être un vrai être humain et pas uniquement être comme une marionnette emportée par les circonstances , par les émotions ,
il me semble qu'il faut un minimum de recul , ressentir un minimum :

- " Je vois ceci , j'y prends beaucoup de plaisir , je suis ému , cette émotion m'enivre de plaisir , mais je suis conscient d'un peu de recul , je ne suis pas completement emporté comme une marionnette .

Je jouis volontairement de cette émotion mais j'en suis un peu libre , elle ne m'emporte pas comme une colère qui me transforme en autre chose que moi ."

Je ne nie pas l'importance de ces émotions .
Devant certaines musiques de Bach en particulier , devant un Monet ou Van Gogh je suis submergé .
Mais je n'appelle plus cela
" Voir " .

Mireille a dit…

Je suis , bien sûr,aussi en accord avec ce qu'a écrit Annick, sur le fait que l'on peut juste voir sans tout analyser et que c'est "chouette"!
Ne serait-on pas capable de "voir vraiment",que lorsque l'on est dans le silence , la simplicité, l'humilité...?
Comme si à trop vouloir comprendre, notre esprit ne savait plus quoi penser...et à trop vouloir "voir", on devenait "aveugles"!
C'est un peu exagéré mais, peut-être faut-il trouver un équilibre, un juste milieu, pour ne pas être emporté outrageusement par ses émotions, qui sont loin d'être toutes très agréables!!
Merci pour aujourd'hui, à tous les deux.
Je vous souhaite une belle soiré.

annick a dit…

Oui je partage,
c'est bon de rester maître en soi de soi, et ce ne n'est pas à l'émotion de décider et de réduire l être en pantin...

Il me semble , que d'une manière générale, tout excès est mauvais pour l être, c'est bon de se regarder du dessus, avec recul, dans toutes circontances...

annick a dit…

je vous lis, à l instant, Mireille, et je partage vos mots,
à mon sens, quand on analyse trop, comme l excès tue l être à mon sens, et bien, on devient aveugle et à trop souhaiter voir, on ne voit plus rien..

et c'est pourquoi j aime la spontanéité, en sincérité,
huble, simple, silencieuse,
qui peut se tromper, mais qui a le bénéfice d'être vraie, peut être au plus vraie de la vue,

j aime la spontanéité, avec juste un peu de recul, ou un recul plus grand déjà vu en tête, et le spontané sort de suite...

à mon sens, si on devient être de calcul de vue, on perd de son humanité...et c'est peut être l Humanité qui aide à voir pas trop mal...et c'est bien comme cela..

pierre a dit…

Voir et envisager: deux moments d'un processus, d'une dynamique. La lumière frappant notre rétine nous permet de voir; envisager, mettre un visage sur quelque chose, ajouter notre subjectivité à ce qui est vu et soumis à un début d'analyse. Mais peut-être que ce début de réflexion est subjectif ...

Bruno a dit…

Nous sommes toutes affectés, bousculés par nos émotions elles sont sources de plaisir et de déplaisir elles sont également sources de création.
Nous nous voyons souvent en projection du regard de l’autre et dans le silence nous pouvons espérer d’apprendre à nous connaitre, à faire revenir les pensées inconscientes qui nous parasites.
La perception des choses et une singularité de chacun puisque nous vivons tous des états de conscience différant.
Passe un bon WK

Alice a dit…

Bonjour Jean,je vous livre un extrait d'un essai sur la peinture, qui rejoint un peu ce que vous écrivez.

"Les artistes du XIXe siècle voulurent faire place nette de toutes ces conventions; ils s'en prirent à chacune d'elles jusqu'au jour où les impressionnistes affirmèrent que leur méthode permettait de rendre sur la toile, de façon toute "scientifique" les données de la vision.
Des oeuvres extrèmement séduisantes sont nées de cette théorie, nous avons mieux compris depuis lors qu'il est très difficile de bien différencier ce que nous connaissons et ce que nous voyons.Un aveugle de naissance qui accède à la vue doit commencer par apprendre à voir (mais ce que nous appelons voir est toujours influencé et nuancé par le fait que nous connaissons (ou croyons connaître ) ce que nous voyons..
...Dès que nous prenons un crayon ou un pinceau , nous nous apercevons que l'idée même de céder passivement à ce que l'on nomme les impressions de nos sens est une simple absurdité. Ce que nous voyons de notre fenêtre, nous pouvons le voir de cent façons différentes. Laquelle correspond à nos sensations. ? Il faut faire un choix, trouver un point de départ pour réprensenter la maison en face et les arbres qui l'entourent, nous ne pouvons échapper à la nécessité de commencer par quelques lignesou quelques formes conventionnelles.
L"égyptien qui est en nous ne peut être complètement réduit au silence "
_
Toute l'histoire de l'art tourne éternellement autour de ce thème; notre art moderne est né d'une de ses ruptures ...
Bon Dimanche à vous

Jean a dit…

Un grand merci à toutes et à tous !

Je suis très heureux de vos commentaires,tous si enrichissants.

La pluralité des points de vue est une chance , une opportunité pour chacun .

N'ayant ce soir que peu de temps libre , je n'ajouterai mon grain de sel que demain .

Bonne nuit et faites de beaux rêves .!