mercredi, décembre 09, 2009








Anne, en réponse à votre gentillesse .

C'est avec un grand plaisir que je vais parler du Vietnam .
Je vais y consacrer quelques jours .
Mais avant d'évoquer ce qui nous a tellement séduit dans ce pays merveilleux ,
il faut d'abord que je décrive un peu les conditions dans lesquelles mon épouse Rosette et moi
avons été élevés et qui font que nous soyons si sensibles à cette civilisation .

Rosette est née dans le village que nous habitons encore et j'y suis arrivé à l'âge de neuf ans .
Le monde paysan était alors totalement différent de ce qu'il est aujourd'hui .

Actuellement , l'agriculteur est un chef d'entreprise qui parle d'investissement , d'amortissement , de productivité , suit les cours mondiaux des matières premières .

Notre enfance a baigné dans un climat opposé .
Les paysans labouraient au rythme des boeufs , travaillaient souvent en coopération avec les voisins .
Les vendanges , le dépiquage du blé , tuer le cochon , etc ...étaient autant d'occasions d'aider les voisins et de recevoir leur aide en retour .
Une ambiance simple , spontanée , chaleureuse .
Quand un voisin passait à l'improviste à l'heure du repas , il n'était pas question qu'il s'en aille avant d'avoir partagé le repas .
Les portes des maisons n'étaient jamais fermées à clé, même les jours où tout le monde allait au marché une fois par semaine au chef lieu du canton .

L'éducation des enfants était à la fois très stricte et chaleureuse .
Les parents avaient l'objectif que leurs enfants deviennent des adultes , des vrais adultes .
Un jardinier soigne de tout son coeur les plantes , ses arbres , mais n'hésite pas à tailler les branches malades ou faibles .

Rosette avait une grand mère extraordinaire .
Très attentive à sa petite fille , donnant une grande importance à tout ce que l'enfant disait ou faisait .
Toujours prête à donner de l'affection , un encouragement .
Mais sévère , intransigeante sur le devoir de chacun face à lui même .

Par exemple , elle enseigna le tricot à Rosette quand celle ci eut environ dix ans .
Un jour , l'enfant arriva chez sa grand mère et lui montra ce qu'elle avait fait depuis la veille .
- " Tu vois , j'ai fait tout ça !
_ Tu es contente , c'est parfait ?
_ Presque , à part cette maille qui a un petit défaut , mais cela ne se voit pas .
_ Oui , c'est vrai , cela ne se voit pas ...mais , toi , tu le sais qu' il y a ce petit défaut .
Il faut démolir jusqu'à cette maille et recommencer ce que tu as fait depuis hier !
Ce qu'elle fit !

La dignité face à toi même même si personne ne peut voir l'erreur .

Sévérité envers soi même , mais indulgence avec les autres , nous ne savons jamais pourquoi ils font une bétise , à leur place nous aurions peut être fait comme eux .
Dignité face à soi même mais générosité envers les autres .

Ces leçons n'étaient pas que verbales , sa conduite de chaque jour était un modèle .

La campagne , il y a 50 ou 60 années , était un autre monde !
Ce qui comptait , ce n'était pas d'obéir à la société de consommation , d'être branché , d'être tendance .
L'important , c'était la qualité humaine .
La simplicité , la générosité , le partage , la conscience professionnelle , être un vrai adulte .

Je pourrais encore donner bien plus de détails , mais je crois que cet aperçu de la société paysanne française de mon enfance est suffisant pour que demain je puisse commencer à parler du Vietnam .
De ce qui nous a tellement fasciné dans ce pays
.

24 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, Jean de partager avec nous vos souvenirs si intéressants! Merci aussi pour ces photos exceptionnels! Renée

Petit Poucet rêveur a dit…

Moi, par contre, je n'aurais pas osé vous le demander, (me disant que c'était un choix de votre part) mais je remercie Anne de l'avoir fait et vous d'y avoir donné suite...
Cependant il y a tant de phrases qui donnent à penser, qui poussent à la réflexion que je ne saurais, d'emblée, répondre sur le vif...Je reviendrai...
Bonne journée, Jean.

anne des ocreries a dit…

Merci, Jean, j'ai reçu la même leçon de tricot que votre femme, venant d'un milieu resté proche de ses valeurs rurales bien qu'arrivé en ville - et je suis celle des miens qui est "retournée" à la terre....cherchant autre chose que, justement, le paraître. un petit peu "plus" d'être....une vision autre du devoir vivre.
J'aurais grand-plaisir à découvrir vos prochains posts !
Ces images sont emplies de paisibilité, valeur décriée de nos jours - mais tout le monde sait que la braise qui couve sous la cendre n'attend qu'un souffle pour renaître encore....:)

Evelyne a dit…

un grand merci Jean d'évoquer ainsi vos souvenirs et ceux de votre épouse. J'ai longtemps rêvé d'offrir un autre paysage à mes enfants mais la vie en a décidé autrement.Pour la Saint-Nicolas elles ont reçu un petit fascicule "l'enfant idéal" de Sri Auribindo et de La Mère. Des paroles justes et simples, des repères pour toute une vie.
Vos mots sont beaux, continuez s'il vous plaît.

Evelyne a dit…

Jean j'ai retrouvé mes photos du grand Banian, je vous ai dédié un billet. Bonne soirée.

annick a dit…

je vous remercie pour vos mots Jean, j ai connu aussi tout cela en campagne dans les Vosges; et je me tente moi de là, de leur eux, si humains en simples essentiels ....

Anne a dit…

Merci infiniment, Jean, pour ce témoignage dans lequel nous sommes nombreux à reconnaître notre propre enfance et les valeurs qui ont construit les adultes que nous sommes. Les photos du Vietnam que vous montrez ce soir sont belles et émouvantes comme ces regards d'enfants pleins de confiance. Je suis très heureuse de vous lire et j'ai hâte de découvrir la suite de cette publication. Cette marque de confiance me touche vraiment. Je vous souhaite, ainsi qu'à votre épouse, une très heureuse soirée, pleine de souvenirs tendres.
Anne

gabray a dit…

Voilà un très beau texte sur les valeurs qui ont bercé et guidé notre enfance, mais, je dois aussi te féliciter pour cette rédaction exemplaire ou tu excellais déjà quand nous étions tous 2 au collège.
Hélas, que ne fait-on pas, au non du « modernisme» et de la « rentabilité immédiate»!
Aujourd'hui : on veux tout et tout de suite … Et on oublie les valeurs essentielles de la vie au profit d' un matériel onéreux et éphémère.
Quant aux photos: elles sont superbes … Amitiés et à +

cailloublanc a dit…

Une autre enfance vosgienne en campagne s'invite à la table des commentaires (bonjour Annick!), J'aime ce détour dans ces zones-là pour parler du Viet Nam, moi qui n'ai jamais été si proche de ces valeurs-là que quand je suis dans les tribus du Thar. Comme je comprends ce détour! Merci Jean!

Little stella a dit…

Oui, d' autres temps, d' autres moeurs...Des confidences touchantes qui me feront revenir pour observer la suite...
Merci Jean !

Petit Poucet rêveur a dit…

Je reviens donc...Je ne vois pas pourquoi on manquerait de dignité à soi-même en laissant des "erreurs".
Nous sommes tous perfectibles, certes, mais vouloir à tous prix la perfection ne me paraît pas forcément être une bonne chose...Je pense entre autres à certains potiers - chinois, je crois, mais malheureusement mes souvenirs sont imprécis,qui laissaient expressément des traces de leur travail, de leur parcours dans la terre, jugées imperfections par nos sociétés du "sans défaut"...

Et la sévérité envers soi-même me rend également sceptique...Cela n'amène pas forcément non plus de bonnes choses ni une bonne image de soi,au contraire...Je parlerais plus volontiers de discipline de vie que de sévérité...

Pour le reste il est certain que nous avons perdu énormément de choses en nous éloignant de la terre et de la nature...

naline a dit…

L'important, ce sont ces belles valeurs au coeur de l'homme et pas ce que la société de consommation tente de nous faire croire, créant ainsi envie et violences.
Merci pour ce témoignage.

clo a dit…

coucou Jean...
si j'ai un reve de voyage c'est le Vietnam..
je vais decouvrir avec plaisir ce pays au travers de votre regard...
on vous sent proche de l'absolu de la lumiere de la simple beauté des choses...et surtout ne changez rien...
votre regard sur la vie est riche de couleurs...
a bientot et une tres bonne soirée...

jackie a dit…

Merci Jean j'ai reçu la même éducation et j'adhère totalement à votre façon de voir la vie.
Trèsz bonne semaine à venir
Jackie

daniel a dit…

Cher Jean,
Toujours aussi agréable de vous rendre visite.
Je vous parlerai un jour du Vietnam sur mon blog.J'y ai séjourné quelques moi en...1979...à l'Institut Pasteur de Hanoi où j'ai travaillé sur la Lèpre...
C'est à cette époque que je me suis rendu au Cambodge (la pyramide des martyrs obsède la Terre).
Reposant de me rendre chez vous
Daniel
http://kacouy.blog.lemonde.fr

maevina a dit…

une belle leçon de vie qui inculquait des valeurs fortes, avons nous su les transmettre?

ani a dit…

très doux ces souvenirs ;
la vie parait avoir changé à présent,mais j'habite à la campagne et les jours semblent plus doux à vivre qu'en ville;
ça c'est juste mon avis ;je connais certaines personnes qui n'aime que le bruit et la foule !

Christian a dit…

Bonsoir Jean,

Le silence, un grand et long silence, depuis des mois, derrière tes photos si belles....

Et voilà que claquent tes phrases, comme le fouet d'un cocher déterminé à mener la calèche à son rendez-vous.

Je retrouve moi aussi ces valeurs que tu décris si bien dans le trésor de mon enfance, les foins en montagne avec les râteaux en bois, la solidarité du travail manuel, le bel ouvrage... et tant d'autres.

Merci de te livrer à nous aujourd'hui par tes mots, comme depuis si longtemps par tes photos. C'est comme si j'attendais cet événement depuis toujours.

Anonyme a dit…

Quelle silence depuis si longtemps déjà! J'espère que tout va bien, Jean! Vos photos et les mots de tous les jours me manquent.
Je vous souhaite tout le bien possible!
Renée

Annick a dit…

MERCI Jean,
pour tout!


un silence ne prévient pas
il tombe comme ça
comme un couperet
on ne peut plus rien dire
puis un jour
ce jour
les mots reviennent
c'est incroyable

cailloublanc a dit…

Jean,

Le silence soudain après tant de mots ... Je vous espère, vous et les vôtres, en bonne santé...

Annick a dit…

Ce qui comptait , ce n'était pas d'obéir à la société de consommation , d'être branché , d'être tendance .
L'important , c'était la qualité humaine .
La simplicité , la générosité , le partage , la conscience professionnelle , être un vrai adulte .
je vous cite, JEAN,
car j'aime lire vos mots, ceux ci,

et tous les autres exprimés,

qu ils fassent le tour de la terre, vos mots....

Dam a dit…

c'est une bonne idée d'introduire ainsi le sujet futur. Plein d 'enseignement et de juste parole;

Fifi a dit…

Emouvante évocation !!!
Merci Jean
et contente de vous retrouver !