jeudi, mai 08, 2008





...

10 commentaires:

@nn@ a dit…

Pendant longtemps ce fût une constante désespérance de m'apercevoir que les pervenches que je cueillais, même mises rapidement dans l'eau, ne survivaient qu'à peine quelques heures.
Et puis un jour j'ai renoncé à les cueillir car j'ai compris qu'une partie de leur beauté résidait justement dans cette incapacité à vivre loin de leurs "soeurs" et du terroir où elles avaient poussé.
Et il en est ainsi parfois des hommes...

Jean a dit…

L'être humain est si tenté de s'approprier tout ce qui l'entoure !
Je vois telle ou telle chose ...ou personne ...je me projette dessus , au propre et au figuré .

La difficulté , et c'est tout le sujet des précédentes conversations , c'est précisément , comme pour les fleurs , de ne pas "sur-imposer " sur elles , nos idées de désirs , de concepts , les laisser ETRE elles mêmes .

Combien de fois par jour je me surprends à "voir " une chose , une personne , un évènement , en fonction de mes souvenirs , de mon passé , de mes convictions , au lieu de tenter de voir , tout simplement la chose , en elle même , ou du moins d'essayer de la voir ainsi .

Comme pour les pervenches , si on tente de se les approprier ...elles se fanent ...

Mireille a dit…

Quelle heureuse surprise de découvrir ce volubilis!
Une de mes fleurs préférées, sinon la 1ère dont je me souvienne..et une des 1ères annuelles(avec les capucines et les cléomes)que j'ai semé...à mes débuts d'apprentie "jardinière"!!
Légèreté, fragilité,transparence...et que dire de sa couleur à peine croyable...un bleu plus que bleu...parfois se fondant dans le bleu du ciel ...

merci beaucoup, c'est un cadeau.

annick a dit…

C'est joli, comme c'est joli...

Christineeeee a dit…

Ne cueillez pas les pervenches,trouvez en un pied ou deux dans un petit bois, installez ces derniers sous votre tilleul préféré et vous aurez, après quelques années, un joli tapis de pervenches multipliées à l'infini !!!

J'ai essayé, c'est super !

Christineeeeeeeee
(La Lauragaise aussi !)

colette a dit…

Fleur de finesse et beauté fragile, est-il nécessaire de la nommer ?
Pas vraiment! Juste la voir , l'admirer, comme tu dis Jean, pour ce qu'elle EST en elle-même et non pas en nous ou pour nous.mais c'est dur de trouver ce vrai regard, ce vrai rapport au monde et aux personnes et cela tu le dis aussi.
Cela m'a fait penser au Petit Prince (j'adore aussi Saint Ex)
quand il parle de sa rose " j'aurais dû la juger sur les actes et non sur les mots.Elle m'embaumait et m'éclairait..." et j'ai envie d'ajouter que, de toutes façons, il n'est pas question de juger mais de tenter de percevoir les êtres et les choses comme ils sont... c'est difficile n'est-ce pas ?
belle journée à tous!

Bruno a dit…

Jean en echo de chez moi et je suis d'accord avec toi que l'homme veut tout s'approprier!

Regarder le fleur pour "rentrer" en elle et non la disséquer pour la connaitre

Bascho

L’essence comme tu dis est le créateur et le spectateur qui fini l’œuvre.
Le beau, le sublime comme le décrit Kant dans la faculté de juger, il y a le beau universelle comme un couché de soleil ou le beau ou l’oeuvre d’art doit faire croire quelle émane de la nature c’est qui est différent du classicisme
IL n’imite pas la nature, il ne peux expliquer comment il créée ou alors Nietzsche dans la volonté de puissance , maitriser nos pulsions intérieures et je passe la beauté du l’œuvre de Hegel… Je pourrais en parler des heures ;-)
Bonne journée

Jipes a dit…

Simplicité et beauté de Mère Nature ! Que dire de plus Beau !

Anonyme a dit…

A la fois fragile et tenace,
timide et provocante,
discrète et envahissante...
Sans prétention aucune, je me reconnais un peu en elle... pour ce qui est du caractère bien sûr!
Je la photographie aussi assez souvent chez moi où elle ne se prive pas de prendre ses aises.

Petite soeur

pierre a dit…

Il n'y a que les pensées pour ne pas faner cueillies au bord du chemin.