jeudi, septembre 17, 2009



...

9 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Voilà, de l'intime, du chatoyant, on prendrait volontiers, aux jours gris et pluvieux, un thé dans cette ambiance là, sereine, méditative. J'imagine un chat endormi non loin, un livre ouvert sur une table....dehors c'est la tempête, et dedans, fermement, l'harmonie et la concorde.

Anonyme a dit…

vous traitez tout avec un si grand respect, Jean!
Renée

maevina a dit…

On dirait du cuivre et ce n'en est pas!

Jean a dit…

Anne , oui, c'est bien le climat que je ressentais en prenant cette photo .
La chaleur de l'intimité , de la relation.
Vous êtes une vraie spécialiste de cette chaleur , je lis tous les jours vos articles avec beaucoup de joie .

Renée , je ne peux visiter votre blog , mais je lis avec de attention et reconnaissance ce que vous écrivez .

"...un si grand respect ..."
Le respect me semble évident non seulement devant les êtres vivants mais également devant les choses .
Plantes ou objets inanimés .

Un respect "psychologique " d'abord .
Quand j'étais enfant , je m'amusais souvent avec un camarade qui prenait du plaisir à démolir le jouet que nous avions construit quand nous arrêtions de l'utiliser .
J'en étais très choqué , je ne comprenais pas comment il n'avait aucun respect d'une chose née de nos mains , de nos efforts , de notre imagination .

Un respect "mystique " ensuite .

Les plantes vivantes , cela va de soi .
Les choses fabriquées , bien entendu , nées de l'effort d'une personne , mais aussi n'importe quel objet .
Quand j'étais en classe de troisième , il y a bien longtemps , je regardais avec plaisir une pièce mécanique provenant d'un moteur de mobylette .
Cette pièce métallique avait une forme , des proportions , une couleur qui me plaisaient .
Soudain , j'ai profondément pris conscience que cette pièce n'était pas une simple image que je voyais , ce n'était pas seulement un "décor " autour de moi , mais que cette pièce EXISTAIT par elle même .
Cela a été un véritable choc pour moi .
Aujourd'hui encore , mes photos montrent des traces de ce choc .

Brigitte a dit…

Bonjour Jean,
merci encore pour ce partage ,les" traces de ce choc" sont bien vivantes...

Un court poème esquimo que j'ai découvert il y a peu et qui n'arrête plus de me trotter dans la tête!

Je m'éveille au cri matinal de la mouette grise
Je me lève au cri matinal de la mouette grise
je ne regarde pas en direction de l'obscurité
Je regarde au coeur de la lumière

belle soirée

Anne a dit…

Dites-moi, Jean, n'est-ce pas vous qu'on aperçoit dans le reflet?
Il y a de la chaleur mais aussi du mystère dans cette photo aux couleurs chatoyantes. Elle appelle le contentement de ceux qui la regardent.
Anne

Fifi a dit…

J'ai été très heureuse de lire les commentaires et vos réponses, et suis touchée par votre façon de voir les êtres et les choses !
Cette image exprime bien-sûr la chaleureuse intimité d'un chez soi et la présence de celui qui observe, qui regarde avec respect le monde et les vivants.
Merci pour vos passages chez moi et vos commentaires aussi chaleureux que vos images !

Annick a dit…

je lis vos commentaires, merci à vous,
merci Jean,

le respect me tient fort à coeur aussi, immensemment,
le respect pour la moindre des choses, le souffle du vivant,
le respect devant la vie,
c'est tellement grand de grand, que la vie à se voir, à se vivre, à se lire, et à l'crire aussi,
la vie de son vivant...

firebird a dit…

J'aime tant ces couleurs, la lumiere, tout parfait! Vous faites la magie...