jeudi, juin 22, 2006





Nostalgie .









Mon arbre préféré 4 .




...

11 commentaires:

Pierre (2) a dit…

Nostalgies, de l'arbre, de la saison, de la lumière si douce?
Ton arbre préféré: tu tournes autour de lui comme mimant une danse invocatrice. Superbe décor à la Tolkien. A bientôt, Jean.

Christian a dit…

Nostalgie de ton enfance?
Nous en sommes tous plus ou moins là. Ne restent que les merveilleux souvenirs d'insousciance et de liberté. La mèmoire a la sagesse d'occulter la grisaille.
Par contre Ton arbre est toujours là, dans toute sa splendeur sans avoir pris l'apparence d'une ride te semble t'il.
Alors tu voudrais être cet arbre.

Gérard a dit…

Au près de mon arbre ja vivais heureux
heureux....tu ne l'as jamais quitté des yeux. Je suis fasciné par la couleur ambre de tes feuilles, tu recherches toujours le meilleur de la lumière. J'aime beucoup.

brigetoun a dit…

il est vraiment somptueux cet arbre, sur tous ses portraits, j'aimerai lui être présentée. A part ça vous jouez à contre temps ? que nous sachions ce qui vient après cette touffeur

Sugus a dit…

Nostalgie de l'automne au début de l'été Jean?

Comme dit Pierre, cet arbre fait penser à un "décor à la Tolkien".

mamounette a dit…

Incroyable ! Je pense aux momies séchées..

MB a dit…

La lumiere derriere les feuilles au vent... et l'arbre... je vois pourquoi vouz l'aimez tant. Fantastique...

Francois et fier de l'Être a dit…

Tant d'affres et de douleurs à vouloir s'élever au dessus de sa condition. Cet arbre me parle

Cergie a dit…

Ce samedi 24 juin,
Bonne fête Jean ! Ton blog est encore hier et le mien est déjà aujourd'hui. Ne sois pas nostalgique: à partir de maintenantle soleil se lève plus tard ( une minute auj.)et l'automne revient !!!

LyRiAnN a dit…

Cet arbre est de chair et ma chair vaut cher !

Carolinade a dit…

Je regarde toutes ces photos de votre "arbre préféré" et je me demande: comment pourrait-il en être autrement?

Quelle richesse!
Du caractère que ce tronc là!
On aurait envie de s'y perdre à l'aveugle, d'y traîner les mains, puis les bras... sentir toute l'écorce...
ondulée
férocement belle.