mercredi, mai 17, 2006











Je n'ai pas répertorié les photos mises sur le blog :
risque de mettre des images déjà vues .
Je n'ai pas le courage de revenir aux premières semaines pour les relever l' une après l'autre .
Je vous prie de m'excuser si vous observez des doublons .



...

12 commentaires:

Gérard a dit…

ne t'inquiètes pas Jean une bonne photo peut se voir plusieurs fois, les chaudes couleurs de ces deux là m'étaient inconnues. une préférence pour la seconde.

Jipes a dit…

Comme le dit très justement Gérard vu que tes photos sont magnifiques les revoir une deuxième fois n'est pas un souci mais lutôt un plaisir :o)

Pierre (2) a dit…

A l'heure du café
Une poussée de fièvre
Le ciel jaunit
Un reflet dans ma tasse

MB a dit…

Oui, comme Gerard a dit deja, une bonne photo peut se voir plusieurs fois.

Moi, je suis emerveillee toujours par la dentelle des branches noires contre le ciel d'or au couche du soleil.

herhimnbryn a dit…

Lovely images as usual Jean! Is that you in the kettle?!

Your blog continues to be an inspiration.

julie70 a dit…

cafétière, theière, fantastique, même si déjà dans le blog, elles sont bienvenues, c'est une plaisir de les regarder!

Christian Adams a dit…

Le plaisir est toujours intact.
Et en plus je n'ai pas tout pu voir...
Pas d'inquiétude !

brigetoun a dit…

comme les précédents. Chaleur de la seconde, et mes félicitations pour la personne chargée de l'entretien

Timmybomb a dit…

That top photo is incredible. Thank you for sharing it with us.

Pam in Tucson a dit…

I'm always delighted to see your photos - a repeat performance is a treat. I love the light and the reflections on the kettle and coffee pot. And another aspect of light across the sky. Two wonderful golden photos.

Cergie a dit…

Formidable bouilloire où se reflète le photographe. J'aime aussi beaucoup la cafetière. Ces formes sont très "bauhaus". La matière est superbe aussi.

marie.l a dit…

je ne suis pas non plus revenue au début de votre blog, donc s'il existe des doublons je ne le saurai pas, et puis même, comme disent mes prédécesseurs, c'est sans importance puisque la beauté se laisse contempler aussi souvent qu'on en a l'occasion.